Le site officiel de l'AOC Malepère

L'appellation
Les vignerons
Contact
Rejoignez-nous sur FACEBOOK

Pour ses 10 ans, l'AOC de la Malepère «verdit» ses pratiques culturales

Voilà dix ans que l'AOC de la Malepère voyait le jour. Quinze ans de travail avaient alors été nécessaires pour arriver à une telle reconnaissance.

Quinze ans de travail

« Historiquement, nous étions une région de gros producteurs avec des rendements de 150 à 200 hl/ha. On se servait de ces vins pour couper ceux d'Algérie », se souvient Gilles Foussat, président de l'AOC Malepère. C'était le temps où le vin était considéré commun un aliment. Le vignoble fournissait alors des bassins miniers.

Depuis les modes de consommation ont changé. Et les cépages fournisseurs de quantité, ont été remplacés par d'autres plus qualitatifs (*). C'était bien avant l'obtention du précieux AOC.
Depuis, le cru ne s'est pas endormi sur ses lauriers. En 2007, l'AOC commercialisait 70 % en vrac et 30 % en bouteille avec seulement deux metteurs en marché. Désormais, 85 % de la production est commercialisée conditionnée avec un réseau de onze intermédiaires commerciaux.
Quant au 15 % de vrac, il est vendu à des niveaux bien plus élevés que d'autres AOC , entre 130 et 160 €/hl, actuellement.

« Une image et de la valeur ajoutée »

Une montée en gamme donc, et une diversification de la clientèle. « Nous voulons apporter une image et de la valeur ajoutée aux producteurs », explique Gilles Foussat. Ainsi, si actuellement le prix moyen des bouteilles de l'AOC Malepère se négocie entre 4,5 et 6 €, les segments jusqu'à 9 € voire supérieurs à 15 € sont en pleine croissance.
Preuve, peut-être, du dynamisme de cette AOC, 80 % des vignerons ont moins de 40 ans ! « Pour la première fois, au domaine de Cazes, pour une dégustation il y a trois semaines, j'ai été surpris par l'affluence. On a dû pousser les murs », se réjouit le président.
Lors de la dernière décennie, de nombreux jeunes se sont installés sur cette AOC atypique du Languedoc, à l'affluence océanique. La Malepère cultive d'ailleurs cette originalité, en se présentant comme « l'autre Languedoc ».
L'appellation compte à ce jour trois caves coopératives (Arzens, Routiers et Anne de Joyeuse) et 17 caves particulières. Elle s'étend sur 204 ha et produit 8 975 hl.
La prochaine étape pour l'appellation sera la reconnaissance de l'AOC Malepère en blanc « d'ici cinq à six ans », pronostique le président.
Autre challenge : celui d'attirer quelques grands noms au sein de l'AOC comme les vignobles Paul Mas, déjà propriétaires dans la Malepère et le Razès. Gérard Bertrand gère déjà le domaine de la Soujeole. « Ils amènent une image. On gagne en visibilité », commente Gilles Foussat. L'AOC de la Malepère, en pleine conversion environnementale, semble avoir de beaux jours devant elle.

(*) Merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, cinsault, côt.

Peu de parcelles en AOC Malepère ont été touchées par le gel. Sur le secteur, les dégâts concernent essentiellement les vignes en IGP.

Par Laurent Costes
Article original publié dans l'indépendant 22 mai

Des vendanges jusqu'à la dégustation

Tous les vendredi matin cet été les vignerons de la Cave La Malepère vous accueillent dans leur cave afin de vous faire partager leur savoir et déguster leurs produits

Truffe et terroir

Le mariage d'amour entre la truffe d'été et les vins de la Malepère a donné naissance à cette belle manifestation musicale, conviviale, familiale et inter-générationnelle, qui met en lumière les producteurs et les artisans venant présenter de nombreux produits d'exception, ainsi que leur savoir faire des anciens revisité par la jeune génération.

Les vignerons
Contact
  • Cru Malepere
  • Maison des Terroirs
  • 11240 ALAIGNE
  • 04 68 69 95 10
  • crumalepere@wanadoo.fr
  • Voilà dix ans que l'AOC de la Malepère voyait le jour. Quinze ans de travail avaient alors été nécessaires pour arriver à une telle reconnaissance.
Tous droits réservés (c) 2019 Cru Malepere